Feuilles, Culture et Lecture

L’herbe a toujours inspiré, presque autant qu’elle a été inspirée. Propice à la rêverie. Incandescente. Vaporeuse. Ce n’est pas étonnant qu’elle ait eu la faveur des artistes.

Si nous sommes tous capables de citer quelques morceaux de musique à la gloire de la ganja. Ou encore de débattre sur le dernier épisode de Narcos et de citer un film qui parle de weed, ce n’est pas aussi évident pour la littérature.Et pourtant, s’il y a bien une histoire qui se doit d’être racontée sur du papier c’est bien celle de Marie Jeanne.

Voici donc une petite sélection (non exhaustive) de livres et romans aux intrigues enfumées, et aux personnages bien high :

Don Winslow, Savages

savages

Ils sont trois : Ben, docteur en botanique et marketing, Chon, mercenaire féru d’armes sophistiquées, et Ophelia (dite O), une bimbo que l’on aurait tort de prendre pour une idiote. Ce trio à la Jules et Jim produit de l’hydro, un cannabis cultivé hors sol, sans matières organiques.

Ils vivent fort bien (sexe, volley-ball, bière et dope) de leur petit commerce à Laguna Beach, Californie du Sud, jusqu’au jour où la reine du Cartel de Baja décide d’éliminer cette concurrence qui fait tache dans son empire. Le trio refuse avec panache l’offre de rachat et la belle vie californienne tourne au cauchemar quand O. est kidnappée…

Arturo Pérez – Reverte, La Reine du Sud

reinedu sud

Nom: MENDOZA Prénom: Teresa
Nationalité: mexicaine
Née à Culiacan, Etat du Sinaloa, Mexique, veuve de Raimundo Davila Parra, mort assassiné. S’installe à Melilla, Espagne. Soupçonnée de trafic de tabac. Arrêtée et condamnée à plusieurs mois de prison. Liée à Patricia O’Farrell, délinquante notoire. Probablement à la tête de la plus grosse entreprise de transport de cocaïne et de haschich en Méditerranée pour le compte du cartel de Medellin, des mafias russes et italiennes.

Femme d’affaires redoutable et dangereuse, multimillionnaire, mène une vie discrète, aime le rêve et la solitude en mer à bord de son yacht.Aucune preuve n’a pu être retenue contre elle.

Baudelaire, Du vin et du haschisch

du-vin-et-du-haschisch_couv

« S’il existait un gouvernement qui eût intérêt à corrompre ses gouvernés, il n’aurait qu’à encourager l’usage du haschich. Le haschich appartient à la classe des joies solitaires ; il est fait pour les misérables oisifs. Vous êtes incapable de travail et d’énergie dans l’action. Vous avez jeté votre personnalité aux quatre vents du ciel, et maintenant vous avez de la peine à la rassembler et à la concentrer. Le haschich est une arme pour le suicide. Le vin exalte la volonté, le haschisch l’annihile. Le vin rend bon et sociable ; le haschisch est isolant… Enfin, le vin est pour le peuple qui travaille et qui mérite d’en boire. Le haschisch appartient à la classe des joies solitaires ; il est fait pour les misérables oisifs. »

Les très riches heures du cannabis

riches heuresChaque saison est décomposée en douze semaines proposant chacune  : une page d’horticulture, une page de conseils pratiques tels que recettes gastronomiques ou travaux pratiques, une page de texte littéraire ou historique sur le cannabis à travers les âges, ainsi que ses applications et ses réalités actuelles.

Tout ça dans un cyclone d’illustrations inédites signées Phix, Placid, Muzo ou Kiki, de photos hypnotisantes et de révélations exclusives…

Leonard Taokao, Mauvaise herbe

Mauvaise-Herbe

Yann Rivard, marginal écorché vif, idéaliste déçu, vit tranquille de petits boulots intérimaires et de divers expédients. Faire la fête et abuser de substances en tout genre, sont ses occupations favorites.

Le reste du temps, il se verrait bien écrivain.
Suite à un incident avec des  » amis » manouches, le voilà dans l’obligation d’assurer une mission qui va très mal tourner. Une cavale mouvementée commence.

Doug Harris, T’es con point.

tesconpoint1

T’es le genre de gars qui tombe amoureux après une première rencontre. T’es le genre de gars qui se répète une conversation cinquante fois dans sa tête et puis gâche tout quand c’est pour vrai. T’es le genre de gars qui se lave les cheveux trois fois dans la même journée parce qu’il a un rendez-vous avec une fille au resto le soir. Puis se fait prendre par la pluie en y allant.

T’es le genre de gars qui est un peu con comme ça. Tu as baisé avec la copine de ton meilleur ami ce matin. T’es con.

Frédéric Martineau, Cannashop Story

cannashop-story

Franck IF quadragénaire est interviewé par une journaliste. Il est présélectionné pour l’élection du « Manager de l’année ». C’est une surprise dans la mesure où il fait commerce de cannabis.

Des troupes d’élite de la Nation aux terrains de golf, des banlieues difficiles aux quartiers chics de Paris, de la Suisse au Maroc, Franck a côtoyé la substance illicite tout au long de sa brève existence jusqu’au jour où l’État français lui a demandé d’en organiser la distribution!

Il déroule le fil de ses souvenirs et retrace l’histoire de sa success-story…

Mark Haskell Smith, Défoncé

défoncéAlors qu’il sort de chez lui, Miro Basinas reçois une balle dans la poitrine. C’est d’autant plus déplaisant pour lui (« Une balle peut vraiment foutre votre journée en l’air ») qu’il planait jusque là sur un petit nuage après avoir remporté quelques semaines auparavant, à Amsterdam, la Cannabis Cup.

Car Miro, botaniste amateur mais éclairé, a créé une herbe de très haute qualité qui devrait assurer à la fois son avenir matériel et sa réputation chez les fumeurs de joints pour des siècles et des siècles. Mais, de toute évidence, ce succès suscite aussi des jalousies.

 

 

 

 

Voilà ! Bonne lecture et bon spliff (ou pas) !