Son grand père a combattu les nazis

C’est vendredi soir, normalement je devrais être à Shoreditch à descendre des pintes avec l’Agneau Pimenté. Mais demain c’est le lancement de KARRDR et ça la foutrait mal si je n’avais pas un article de prêt. Les abstentionnistes t’emmerdent toujours autant et malgré la grosse envie d’en remettre une couche, fallait que je te parle d’autre chose. C’est le lancement, faut poser les choses.

C’est pas qu’une impression hein! Tu l’as ressenti aussi, n’est-ce pas? Le vintage est de retour. Pas celui cool des années 70, nah, on remonte plus loin que ça. On est dans le vintage radical. Pro-choices, Créationnistes, obscurantisme religieux, racisme, sexisme et tout le package. Le Moyen Âge est de retour. Je t’avais dit que c’était radical comme vintage.
Bon j’exagère un peu, c’est pas si terrible : ils n’avaient pas le WiFi à l’époque.

Mais tout de même…

Ça sent quand même bon le retour de l’ignorance crasse, de la bêtise sûre d’elle, de la connerie aveugle, de la stupidité têtue, de… bref tu as l’image. Résidant à Londres et ayant malgré moi à côtoyer pas un, mais deux représentants de l’Alt-Right – British edition, depuis le début de la campagne sur le Brexit, j’ai droit à une dose quotidienne d’ignorance boostée aux sentiments mêlés de déclassement Blanc, de nationalisme et de temps béni des colonies. Nostalgie de l’Empire, de la France Colonisatrice ou d’une époque où “l’Amérique” était great… Same sh!t, different arseholes. Et les victoires sucessives du leave et de Trump n’ont pas aidé.

Mais convaincu que le partage des idées et leur confrontation rendaient les hommes meilleurs, j’ai engagé le débat. A plusieurs reprises. Peut-être à trop de reprises. Jusqu’à l’écoeurement. Ecoeurement atteint lorsqu’un des jumeaux Tweedledee ou Tweedledum, je ne sais jamais lequel est qui (rien de plus dur que de différencier un trou de balle d’un autre) m’a sorti avec l’aplomb que seule peut avoir la bêtise triomphante qu’il supportait Nigel Farage, Trump et Le Pen, parce que son grand père n’avait pas combattu les Nazis pour rien… #TrueStory

gKsJUddjnpPG0.gif
Voilà. Je te laisse trouver la logique du truc. Moi je cherche encore.

Pauvre naïf que j’étais. Je pensais que j’accomplissais quelque chose à leur parler. Que leur expliquer l’histoire de l’Europe, de l’esclavage et de la colonisation et du racisme systémique qui en ont découlé, leur expliquer que c’est l’interventionnisme Occidental au nom de la soit disant mission civilisatrice naguère, ou de notre rôle de Gardiens de la liberté, de la démocratie, de c’est nous les gentils et c’est nous les meilleurs aujourd’hui (différentes époques même complexe de supériorité), qui a mené à l’instabilité dans le Moyen Orient, avec toutes les conséquences qu’on connait; que leur expliquer que le simple fait qu’ils se sentaient déclassés en tant que Blancs par rapport aux populations immigrées venant des anciennes colonies par exemple, était raciste parce que ça établissait une hiérarchie; qu’opposer des chiffres aux impressions, des faits au ressenti, de la raison à l’émotion; que tout cela, expliqué calmement, même si parfois il m’a fallu me retenir très fort de crier « Because you’re a fucking racist! Asshole! » quand on m’a demandé « Why colored people can’t stop bringing up racism everytime? Why can’t I say something they don’t like without being called racist »?, que ma patience, les quelques restes de foi que j’ai en l’Humanité et ma bonne volonté envers mon prochain allaient leur faire prendre conscience de l’amas impressionnant de conneries, de clichés, de réflexions half-baked  et d’ethnocentrismes qu’ils pouvaient débiter à la minute.

Mais bon, son grand père a combattu les Nazis, alors tu comprends…

Bon, c’est vrai que je me suis laissé emporté par le monologue sous fond d’autoflagellation de l’humoriste Jonathan Pie.

[youtube https://www.youtube.com/watch?v=GLG9g7BcjKs?rel=0&w=1280&h=720]

C’est vrai que j’aime prêcher la bonne parole et partager mon enlightment avec le reste du monde, ça flatte mon égo et j’ai l’impression de rendre le monde meilleur en éduquant les masses. C’est vrai aussi qu’il m’est arrivé (souvent) de prendre les gens de haut et de faire ma vierge indignée lorsqu’un mec de moins 35 ans me sort qu’il trouve que Fillon n’est pas assez libéral. Je comprends enfin que cette légère arrogance peut en effet rebuter l’interlocuteur et renforcer les antagonismes. Alors j’ai remplacé les cours magistraux par l’échange, le jugement par le débat. J’ai écouté, avec empathie même.

Mais voilà, son grand père a combattu les Nazis, alors tu comprendras qu’en fait ça va pas être possible.

Il y a une dose d’autoflagellation que même mon complexe de supériorité ne peut dépasser. Et penser que sa condescendance envers l’autre serait responsable de son repli idéologique c’est quand même une culpabilité que seul un bobo islamo-gauchiste (Liberal pour nos mais Anglo-Saxons) peut se permettre le luxe d’avoir. Mais même le luxe ça va deux minutes (enfin il parait).

giphy (1).gif
Son grand père a combattu les putains de Nazis. Je suis désolé, je ne peux pas.

Alors oui, je vais pavaner mon awakeness à chaque fois que possible, continuer à me lancer dans des monologues paternalistes et sarcastiques en leur répondant. A l’heure des « vérités » alternatives, je n’ai plus la patience d’écouter des gens me débiter des âneries avec pour seul fondement leur propre conviction. Je ne suis pas un pseudo intellectuel bien pensant qui se pense au dessus de la voix du peuple, je suis un pseudo intellectuel bien pensant qui se sait au dessus d’un bon nombre d’ignares au sein du peuple. Et je les emmerde.

Il est parfois dur d’accepter que l’être humain en face soit tellement pétri de peur et d’égoïsme qu’il ne puisse comprendre les simples bases de la décence humaine. Mais parfois il faut appeler un chat un chat et un connard ignare (qu’il soit homophobe, raciste, créationniste ou militant FN) un connard ignare – une connasse aussi, ne soyons pas sexistes. Ça suffit de ménager la susceptibilité des imbéciles, de protéger la white fragility, ou d’accorder du crédit à des conneries infâmes sous prétexte de respect des opinions. FUCK THEM.

Donc voilà. An té ni sa di. Ça me paraissait bien comme introduction.

Bienvenue sinon.